Un Bayashi au Japon


Depuis 2005 au Japon en tant qu'etudiant, boulanger, puis hotelier a
divers endroits. Decouvrez ma vie d'expatrie et le Japon qui m'amuse
et me fait reflechir. En photo autant que possible.

Hiroshima Weather Forecast, Japan
Recueil de 51 cart...
By Baillehache Pascal

27 décembre 2009

Ma maison 6

DSC_0007

Nouvel element typique des maisons ici : l'entree. A part leur reputation de frigo, j'ai l'impression que c'est l'element singulier le plus connu des maisons japonaises.
La porte est traditionnellement coulissante bien qu'on trouve maintenant de tout, mais le point interressant c'est ce qui est apres la porte : un petit espace suivi d'une marche. C'est espace ni dehors ni dedans est une merveille. D'un point de vue pratique, quand vous revenez chez vous vous pouvez tout de suite entrer, etre a l'abri du vent, de la pluie, au chaud ou au frais selon la saison. Cet espace sert aussi a stocker les chaussures, d'autant plus qu'il s'etend legerement sous la marche, il y a donc relativement beaucoup de place. A part les chaussures, avoir un endroit ou poser son parapluie mouiller sans avoir le sentiment de tout salir est egalement tres confortable.
La marche vient du fait que le plancher est sureleve par rapport au sol. J'avoue que je ne sais pas l'origine meme si bien sur on peut imaginer que c'est un heritage de chauffage par le sol / isolation thermique, ou encore un moyen d'empecher les bestioles de rentrer (genre serpent, je sais que ca existe dans certains pays).
Cette marche aussi est un vrai bonheur : pouvoir s'asseoir pour enfiler/retirer vos chaussures, pouvoir poser votre sac sans avoir a vous baisser, sans avoir le sentiment de le jeter par terre. Dans sa fonction 'siege' il permet quelque chose de tres important dans les bonne manieres a la japonaise : lorsqu'un invite arrive l'hote s'agenouille en haut de la marche et l'invite peut s'asseoir sur la marche sans se dechausser. Symboliquement ca cree un moment intermediaire ou l'invite est ni dedans ni dehors, une sorte de purgatoire avant de savoir s'il peut effectivement rentrer ou s'il va retourner dehors, avec l'hote qui s'agenouille humblement mais n'en reste pas moins en position superieure.
Si la marche peut etre assez haute (chez nous elle fait un bon 30cm), dans les appartements modernes que je connais il n'en reste qu'un denivelement de quelques centimetres. Est-ce l'effet de la perte des bonnes manieres (protocole d'accueil different et aplanissement des positions), l'influence des nouveaux moyens de chauffage (air conditionne et nouveaux materiaux d'isolation), l'absence de reel exterieur quand on est dans un appartement, ... ? En tout cas la marche est encore symboliquement la et sert au moins encore de frontiere a partir de laquelle il faut se dechausser (la aussi pour ceux qui le font encore mais sur ce point les bonnes manieres semblent resistantes).

Posté par bayashi à 17:20 - Quotidien - Commentaires [5] - Permalien [#]

Tags : , , , , ,

Commentaires

  • la marche d'entrée

    Pour avoir séjourné quelques semaines dans une vielle maison, l'entrée était au niveau du sol, sur la terre ferme, quand le reste de la maison était surellevé d'environ 50 cm pour, d'une part le vide sanitaire, mais aussi la ventilation naturelle des tatamis (ils reposaient sur un treillis de planches de bois ajourées vers le sol).

    En fait, de ma perception, la maison est surellevée (comme beaucoup de nos maisons occidentales qui ont un vide sanitaire, même si ce dernier est aussi souvent creusé dans la terre) et on y marche sans chaussures. L'entrée fais en quelque sorte partie de la rue, au même niveau et on y garde les chaussures.

    Bonne continuation...

    Posté par cola, 28 décembre 2009 à 08:30
  • Merci pour ses infos.
    Par contre, je connais pas vraiment de maisons occidentales ayant une surelevation comparable.

    Posté par bayashi, 29 décembre 2009 à 13:33
  • Chez nous, pas de marche du tout. C'est un appartement assez récent (5 ou 6 ans, peut-être), dont la porte donne sur l'extérieur. Une baguette métallique délimite quand même la zone de déchaussage. Moins pratique que la marche... "on" m'a reproché plusieurs fois d'avoir marché chaussé au-delà de la baguette ! Si "on" ne stockait pas 5 paires de chaussures sur cette surface réduite, aussi

    Posté par Julien, 03 janvier 2010 à 12:34
  • Bonjour,
    dans mes cours d'archi en Histoire de l'Art au Lycée, on nous avait appris que dans les maisons japonaises, la niveau du sol servait à distinguer la fonction de chaque pièce, du moins noble (très bas), au plus noble (très haut), ainsi le genkan, est la partie la plus basse, la partie sale où l'on met les chaussures, les pièces washitsu sont un peu plus élevées et enfin le tokonoma est la partie la plus en hauteur puisqu'elle a une fonction un peu sacrée, traditionnelle.
    Voilà, c'est ce dont je me souviens en tous cas...

    Posté par jud, 05 janvier 2010 à 20:16
  • Ce qui m'etonne alors c'est que ce lien entre la position "geographique" et la position "sociale" on l'a egalement chez nous (et je dirai meme partout a priori). C'est notre trone, notre estrade, notre autel ...
    Notre croix, notre image sainte, on l'accroche en hauteur (bien plus qu'un Tokonoma), donc ca c'est pareil. Mais pour la marche d'entree par contre on ne la retrouve pas chez nous. Alors est-ce que ca serait la materialisation d'un rang social supplementaire qui n'existe pas chez nous ?
    A priori c'est pour differencier le niveau humain, propre, de l'artefact, du niveau animal, sale, naturel. Mais cette difference on l'a aussi chez nous. Alors finalement tout ca s'est pareil et cette marche d'entree japonaise n'aurait pas valeur symbolique et serait purement pratique ?
    Mais la il me vient une idee. Chez nous on eloigne du sol d'une autre facon : ce sont les pieds de nos chaises, de nos tables, de nos lits, de nos meubles. Dans un maison traditionnelle japonaise on fait, pose tout "par terre" mais c'est bien justement parce que "par terre" n'est plus par terre du moment qu'on passe la marche d'entree ! Chez nous comme il y a pas la marche on doit s'arranger autrement pour detacher les espaces fonctionnels de l'humain par rapport au sol 'animal' ...
    Marche de genkan et pieds de chaise/table/lit/..., meme combat, identique dans le fond mais different dans la forme.
    Quand pensez vous ?

    Posté par bayashi, 06 janvier 2010 à 12:15

Poster un commentaire