Un Bayashi au Japon


Depuis 2005 au Japon en tant qu'etudiant, boulanger, puis hotelier a
divers endroits. Decouvrez ma vie d'expatrie et le Japon qui m'amuse
et me fait reflechir. En photo autant que possible.

Hiroshima Weather Forecast, Japan
Recueil de 51 cart...
By Baillehache Pascal

29 janvier 2011

A la memoire de Thierry

Fin decembre un ami francais a mis fin a ses jours a Kyoto. Le contexte dans lequel ce drame est arrive est un probleme peu connu de tous. Il y a pourtant eu deux autres Francais decedes dans les memes circonstances l'annee derniere, et il y aurait actuellement 32 autres Francais et 200 etrangers souffrants du meme probleme au Japon. Le probleme en question est celui de la situation du pere etranger dans un couple mixte qui divorce.
La culture japonaise place le pere a l'exterieur de ce que nous considerons comme la cellule familiale. Le pere apporte un revenu a la mere qui s'occupe de facon exclusive des enfants et de la maison. La loi japonaise s'aligne sur ce schema : en cas de divorce, la justice confie dans la majorite des cas a la mere la garde des enfants. Elle a droit de decider de tout ce qui les concerne alors que le pere doit se contenter de payer une pension. De plus l'evolution de la loi va dans l'interet des meres. Le nombre de divorces a double depuis 1985 et celui des couples maries depuis plus de 30 ans a quadruple. Au point que ce sujet a inspire un roman televise (presentant les choses de facon tres "rose bonbon"). Dans le meme temps, des peres japonais commencent a elever la voix pour obtenir une approche plus equitable.
Dans le cas d'un pere etranger la situation est pire. Un divorce signifie la perte de son statut d'epoux et donc de son visa epoux, Autrement dit un renvoi au pays. Obtenir un visa de travail pour rester le condamne a travailler a vie. Il devra ensuite faire face a un stress psychologique tres important car l'assistance que lui procurait sa femme du point de vue de la langue et des connaissances generales necessaires a la vie quotidienne dans une culture etrangere disparait brutalement. La solitude a laquelle il est confronte est d'autant plus grande que d'une part ses enfants lui sont soustrait, et que d'autre part son reseau social s'etend naturellement en proportion nettement plus grande qu'un pere non expatrie par l'intermediaire de sa femme. De plus il n'est pas forcemment informe de la difference de legislation et se retrouve pris par surprise et sans recours. Enfin cette faiblesse peut etre exploitee a des fins personnelles par la mere, avec l'appui eventuel d'autres personnes malintentionnees.
Cette situation est malheureusement insupportable pour certains qui finissent par commettre l'irreparable.
Je pense que ce probleme est grave pour les raisons suivantes :
- Il y a mort d'homme, creation d'orphelins. Cela est dommageable a l'evolution de notre societe vers un monde paisible et heureux par creation de sentiments douloureux et negatif, par destruction de savoir et de competences, et leur transfert aux generations suivantes.
- Cela encourage une vision inegalitaire homme-femme, la haine entre les peuples et une justice individuelle arbitraire.
- Le Japon terni son image qui est un de ses importants moteurs economiques en tant que force de vente et d'attraction de competences.
- Le Japon decourage les etrangers souhaitant venir s'installer, et les personnes souhaitant avoir des enfants, ce qui aggrave ses problemes demographiques.
Je pense que les causes de ce probleme sont les suivantes :
- Les expatries ne connaissent pas suffisamment ce probleme et se retrouvent pris au depourvu lorsqu'ils y sont confrontes.
- L'alcoolisme, le machisme, la pornographie, les horaires de travail et l'absence de conges, le cloisonnement entre les sexes, sont autant de facteurs qui detruisent la cellule familiale et l'image reciproque des epoux.
- La douleur non physique n'etant pas encore suffisamment prise en consideration dans notre societe, des personnes malintentionnees peuvent librement faire souffrir d'autres personnes sans craintes des consequences sur ces personnes ou indirectement sur des tiers.
- Le systeme politique japonais est trop instable et immature. Le Japon n'a pas ratifie la convention de la Haye sur l'enlevement d'enfants. Il entretient les gens dans l'ignorance en diffusant des informations biaisees dans ses medias.
Je pense que les mesures suivantes aideraient a resoudre ce probleme :
- Avant de s'expatrier chacun doit avoir conscience qu'il s'agit d'un acte lourd de consequences, tres complexe et d'une certaine facon potentiellement dangereux. On ne devrait pas le faire a la legere. Les organismes impliques dans l'expatriation ou ayant des liens avec les expatries devraient sensibiliser ces derniers a ce genre de probleme.
- Les lobby de l'alcool et du sexe devraient etre combattus. La place de la vie privee face au travail, les distinctions entre les sexes devraient etre reconsiderees. L'image des hommes vehiculait par les medias devrait etre corrigee.
- Notre societe devrait evoluer vers une meilleure comprehension de la psychologie et sa meilleure prise en compte par la loi. On voit que ca evolue avec la notion de harcelement criminel par exemple, mais on en est encore qu'au debut.
- Le systeme politique japonais doit se stabiliser et s'assagir pour avoir l'envie et les moyens de regler ce genre de probleme et plus generalement les problemes que sa societe rencontre. Le Japon devrait ratifier la convention de la Haye et revoir sa legislation, Il devrait egalement faire de meme d'une facon plus generale avec les autres elements de droit international qu'il ne respecte pas encore. Il devrait veiller a l'equite de ces medias.
J'ai connu Thierry il y a trois ans par l'intermediaire de ce blog : il le faisait lire a ses enfants pour les preparer a leur venue au Japon, et me demander plein de conseils. C'etait quelqu'un avec un parcours exceptionnel, d'un grand talent reconnu a haut niveau dans plusieurs domaines. C'etait un battant incroyable. J'etais en contact avec lui jusqu'a l'avant veille de son deces, et jusque la il n'avait de cesse de chercher un moyen de se sortir de la situation inextricable dans laquelle il se retrouvait. Et malgre tout, il n'a jamais exprime de haine ni de colere, cherchant toujours une solution qui arrangerait tout le monde. Sa mort est totalement absurde et inacceptable.
Heureusement, grace au travail de differentes associations et de diplomates, les choses semblent commencer a bouger depuis l'annee derniere. Souhaitons que ce probleme ne releve bientot plus que du passe. Pour ceux qui se trouvent dans la meme situation et cherchent de l'aide, ou pour ceux qui veulent en savoir plus ou pensent pouvoir apporter leur aide :

sos-parents-japan.org

 

Posté par bayashi à 20:45 - Commentaires [6] - Permalien [#]


Commentaires

  • Mmm, s'il n'était que le Japon... J'ai vu des situations bien similaires en Allemagne. En cas de divorce le père ne vaut pas cher, ou plutôt il ne vaut que sa pension. La situation déjà inique en France est pourtant une des plus équilibrées à ma connaissance en cas de divorce. De l'autre côté du Rhin, la femme est encore vue comme destinée aux 3 "K" (Kinder, Kirche, Küche : Enfants, Eglise, Cuisine), elle arrête de travailler quand elle a des enfants par habitude sociale, et absence de structures pour les jeunes enfants (de ce point de vue les nouveaux Länder (ex RDA) ont connu une régression). Quand ça divorce le père est mis à l'écart et n'a qu'à payer. Quand le père est étranger, qu'il ne fait pas partie du "groupe", c'est pire. Convention de La Haye ou pas, obtenir des droits est un calvaire, les faire respecter un cauchemard. Que l'expatrié qui n'a jamais été traité avec condescendance ou mépris du fait qu'il était étranger, quelque soit sa destination, lève la main. Constante liée à l'existence de groupes sociaux que la xénophobie... Mais qui a conscience de sa propre xénophobie quand il n'a vu toute sa vie que son village, son quartier, son petit bout de planète? Qui sait ce que c'est d'arriver où l'on est pas attendu, où il faut construire sa vie sociale de zéro, réapprendre à parler, à marcher, à se mouvoir en société, s'il ne l'a vécu? Les anciens amis restés au pays qu'on a au téléphone tous les soir, puis souvent, puis moins... Et cette vie sociale qu'on peine à faire décoller... Jusqu'à ce qu'enfin...

    Amis français qui voulez voir si l'herbe est plus verte ailleurs, qui voulez trouver des horizons qui correspondent à vos aspirations, qui voulez construire une vie à votre image, vous pouvez y arriver. Vous pouvez avoir une vie comme vous la rêvez, plus grande que ce que vous pourrez trouver en restant dans votre quartier. Ayez juste conscience que c'est une prise de risque qui dans tous les domaines multiplie les profits, mais multiplie également les pertes.

    Je suis parti, pas très loin, seulement outre-rhin, j'ai ramé, j'ai gagné. Pour l'instant. C'est pas le cas de tout le monde, et comme dans toute vie rien n'es définitivement acquis,faut en être conscient.

    Posté par Ano, 30 janvier 2011 à 05:49
  • Merci pour ton commentaire Ano. Bon courage et bonne continuation.

    Posté par Bayashi, 30 janvier 2011 à 21:36
  • Triste

    Evidement je ne connaissais pas cet homme, mais je suis très peiné par cette situation qui se repéte ! Plus d'un étranger par mois au Japon se suicide pour cette raison et c'est totalement révoltant, c'est un des aspects du Japon qui me dégoute le plus.
    Un reportage sur ce sujet précis est passé il n'y a pas très longtemps (l'année derniere) à la tv en france et on voyait une mère japonaise toute puissante qui interdisait depuis 4 ans le père français de voir son enfant. Le pire étant le travail mental effectué par la mère et la famille japonaise pour dire que le français (dénommé tous le reportage par la famille comme "gaijin") était LE MAL, et que la mère avait fait un acte courageux en purgeant le MAUVAIS sang. J'étais à deux doigts de vomir en écoutant la famille et la mère ...
    C'est un problème qui peut toucher n'importe quel couple franco japonais qui vit en France, si la mère passe la frontière nippone avec ses enfants dans la situation actuelle c'est l'impasse, la mère à tous les droits, le français à juste le droit de se lancer dans une procédure avec le consule francais de tokyo, qui ne peut pas faire grand chose.
    C'est vraiment révoltant, tout comme la censure du reportage de la NHK (que je regarde en France via Free) avait été odieuse et ignoble.
    Seule lueur d'espoir j'ai aussi lu que la situation depuis fin 2010 pourrait enfin s'améliorer sous la pression internationale.
    J'espere de tout coeur que cet homme à le repos qui lui est du maintenant, et que la famille japonaise ait le courage de s'interroger et peut être de se remettre en question alors sa disparition aura trouvé un sens.
    Puisse son ou ses enfants être fier d'avoir eut un papa français.

    Posté par princedelu, 31 janvier 2011 à 04:13
  • Ne te laisse pas emporter par la colere s'il te plait

    Posté par bayashi, 31 janvier 2011 à 23:08
  • C'est un sujet qui m'inspire une grande tristesse et me fait penser à d'autres qui ont eu le même geste pour d'autres raisons et d'autres circonstances, mais probablement pour avoir eu ce même sentiment d'immense injustice. Chaque pays a ses manquements et ses défauts, mais j'ai parfois l'impression que nos sociétés générent des situations de plus en plus violentes sur le plan psychologique que ce soit au travail ou dans les familles. Même si cela peut sembler dérisoire je crois que c'est important au quotidien d'essayer de ne pas servir de relai à cette violence(notamment au travail) et au contraire d'essayer d'adoucir nos relations. Une pensée pour sa famille et ses enfants.

    Posté par Brigitte, 02 février 2011 à 07:22
  • Tombée par hasard sur ce blog, cette première approche me laisse un arrière goût désagréable. Ce n'est pas avec 2 séjours au Japon que je puisse dire les connaître et je dois avouer que cela ne m'étonne guère, malgré un enthousiasme débordant pour ce pays, je reste un peu sur mes gardes. Néanmoins, la disparition d'une personne est une une grande perte, et ça, peut importe la société dans laquelle elle évolue, ce genre de situation se présente de plus en plus fréquemment, il est vraiment insoutenable qu'aujourd'hui encore, nous ne sachions toujours pas vivre ensemble sans se faire de mal et pire encore qu'en il y a séparation.
    Je suis de tout coeur avec ceux qui le chérissaient, l'aimaient, c'est une dure épreuve que la leur. Puisse t-il être en paix.
    Bobine_the_Breizh

    Posté par Bobine_the_Breiz, 10 mars 2011 à 04:19

Poster un commentaire