Un Bayashi au Japon


Depuis 2005 au Japon en tant qu'etudiant, boulanger, hotelier, agent
immobilier, informaticien. Decouvrez ma vie d'expatrie et le Japon qui
m'accueille. En photo autant que possible.

16 juin 2016

Obseques japonaises

La semaine derniere j'ai assiste pour la premiere fois a des obseques japonaises. Ce n'est pas tres joyeux a raconter mais c'est une experience suffisament rare pour valoir la peine de prendre le temps de la consigner ici. Ca pourra egalement aider d'autres personnes, en reduisant le stress du a l'ignorance des us et coutumes, en plus de la charge emotionnelle deja induite par un tel evenement. Ma propre experience n'est pas pour autant a prendre comme definitive et absolue, a l'interieur meme du Japon les evenements se deroulent de facon au moins legerement differente en fonction des regions et des affiliations religieuses, et chaque famille gere bien entendu la situation a sa maniere en fonction des circonstances. Les usages evoluent egalement avec les nouveaux modes de vie (eloignement geographique par exemple).
Apres le deces du defunt a l'hopital, la depouille est immediatement emmenee dans sa maison. On l'a couchee dans son futon dans la piece principale, avec un petit autel a sa tete (des bougies, de l'encens, un gong, des fleurs, un bol de riz avec des baguettes plantees dedans a la verticale, une photo du defunt). Le visage du defunt est cache sous un mouchoir blanc, mais les personnes qui viennent prier le mort peuvent le relever pour le voir. Le defunt reste ainsi toute la journee pendant que l'on organise les obseques (お葬式, osoushiki) avec une compagnie de pompes funebres. La famille et les amis viennent petit a petit pour prier et bruler de l'encens. A l'entree de la maison, un panneau annonce le deces avec le nom (precede du kanji 故,ko, signifiant 'feu'), la date de naissance, la date de deces, et l'age du defunt. Sur ce dernier point, l'age peu varier car selon la branche religieuse a laquelle le defunt est affilie on compte a partir de la naissance ou de la conception. Il peut donc y avoir un an de difference. Au dessus de la porte d'entree, un sceau est appose pour signifier que la maison est en deuil (喪中, mochuu).
Jusqu'a la fin des obseques il doit toujours y avoir quelqu'un pour veiller le mort. Les obseques ayant normalement lieu le jour suivant, la premiere nuit est une veillee funebre (通夜, tsuya) pendant laquelle au moins une personne, a tour de role, reste eveillee pour prier, remplacer les bougies et bruler de l'encens. La veillee a normalement lieu aux pompes funebres, mais si le jour suivant est un jour funeste dans le calendrier zodiacal, les obseques sont repoussees d'une journee, sans quoi le defunt emporterait quelqu'un avec lui. Dans mon cas il y a donc eu une premiere veillee funebre a la maison du defunt, puis une seconde le lendemain aux pompes funebres. A part la personne qui veille, les autres dorment dans la meme piece que le defunt, et doivent avoir la tete tournee vers lui.
Le corps du defunt est emporte en corbillard, mais c'est la famille qui le manipule. On lui enfile d'abord des sortes de chaussettes et de gants, qui symbolisent la longue marche qu'il va faire jusqu'au royaume des morts. Il y a egalement une canne (un simple 'T' en bois blanc), un sachet de riz, un sachet de the et un billet de 1000 yen dans le cercueil pour la meme raison. Le cerceuil est blanc, alors que les vetements des personnes assistants aux obseques doivent etre noirs (plus le noir est sombre et plus cela montre du respect, et plus le costume est cher bien sur; des connaissances lointaines peuvent se contenter d'un costume gris fonce). La famille porte ensuite le corps dans le cerceuil, y place des objets personnels que le defunt emportera dans son voyage, place le couvercle mais ne le ferme pas, et porte le cerceuil jusqu'au corbillard. Les pompes funebres emmenent egalement les vetements choisis par la famille pour habiller une derniere fois le defunt.
On se rend ensuite aux pompes funebres ou une premiere ceremonie a lieu. Le defunt est expose sur un autel recouvert de fleurs. Une video est diffusee, resumant la vie du defunt, et un moine vient prier pour lui. Pendant que le moine prie, les personnes qui assistent a la ceremonie viennent a tour de role prier et bruler de l'encens sur l'autel. L'encens ici n'est pas sous forme de batonnet a bruler a la bougie, il est sous forme de poudre que l'on prend dans un bol, presente au defunt, puis fait tomber en trois fois dans un bol ou couvent des cendres. Il est bien d'avoir un chapelet (念珠, nenju) en main lorsqu'on prie. Cette premiere ceremonie dure un peu moins d'une heure.
Ensuite le defunt est deplace dans une piece voisine sur un autre autel, et les personnes presentes mangent ensemble dans cette piece. Le repas est simple et l'ambiance est joyeuse pour ne pas attrister le defunt. On boit de l'alcool, et on donne a manger au defunt le meme repas. Beaucoup de nourriture (des fruits et des gateaux surtout) est amenee par la famille et les amis. On l'offre d'abord au defunt en la placant sur l'autel, mais au bout d'un certain temps on la consomme nous meme, apres avoir demande symboliquement la permission au defunt. On veille aussi toujours a ce qu'il ait au moins un bol de riz a manger durant toutes les obseques, avec les baguettes plantees a la verticale pour le representer en train de manger. Le moine fait aussi semblant de manger pendant la priere pour le nourrir par procuration.
Le lendemain matin a lieu la ceremonie principale et l'incineration. Le defunt est revenu dans la piece de ceremonie de la veille. La video est une nouvelle fois diffusee car les personnes qui assistent a la ceremonie principale sont plus nombreuses. Le moine vient a nouveau prier, mais cette fois ici il porte des vetements de ceremonie, et fait son entree depuis l'exterieur de la salle en jouant sur le ton de sa voix pour donner l'impression qu'il arrive lentement de tres tres loin (il fait de meme au moment de partir). On prie et brule de l'encens a nouveau. La famille, qui est situee a cote de l'autel, est saluee par chaque personne venant prier et la salue en retour. Puis l'aine(e) fait un discours. Enfin on remplit le cerceuil avec les fleurs offertes par la famille et les amis, et la famille ferme le cercueil. L'aine(e) sort en premier de la salle, suivi d'un autre membre de la famille qui porte le portrait du defunt, face visible, et le cerceuil est charge dans le corbillard.
Le cortege funeraire part ensuite pour le crematorium. Le corbillard klaxonne longuement au moment du depart. L'itineraire jusqu'au crematorium et au retour est choisi pour 'desorienter' l'esprit du defunt et l'empecher de revenir sur ses pas. Au crematorium, un autre petit autel a ete prepare, ou le moine fait a nouveau une priere, ainsi que chaque personne presente. On defile ensuite devant le cercueil et on peux voir une derniere fois le defunt par une fenetre dans le couvercle. Ensuite la cremation est declenchee par ses enfants. Durant la cremation, on se reunit dans une piece voisine pour dejeuner.
Lorsque la cremation est terminee, on revient dans la premiere salle ou attendent les restes du defunt. Ses enfants placent ensemble le premier os dans l'urne a l'aide de longues baguettes, puis les autres personnes presentes placent chacune un os ou fragment d'os dans l'urne a tour de role. Les enfants du defunt finissent de remplir l'urne jusqu'a ce qu'il ne reste que des cendres. L'ordre dans lequel on insere les os dans l'urne est important : des pieds a la tete, un membre des pompes funebres a explique au prealable quels sont les os restants parmi les cendres afin que l'on ne se trompe pas. Les deux derniers restes inseres dans l'urne sont la pomme d'Adam, dont la forme evoque un bouddha assis, et le sommet de la boite cranienne, qui symbolise le couvercle de l'urne (qui est ensuite scellee). L'aine(e) sort ensuite du crematorium en portant l'urne, suivi d'un membre de la famille qui porte le portrait du defunt, face cachee.
Le cortege va ensuite au cimetiere pour deposer l'urne dans le caveau familial. A nouveau le moine prononce une priere et chacun brule de l'encens. Enfin le cortege retourne aux pompes funebres ou le moine dit une derniere priere, pour le defunt d'abord puis pour les personnes presentes afin de nous laver de l'impurete associee a la mort. Un petit ruban blanc que chacun a porte a son poignet ou sa poche de costume est collecte par le moine et brule ensuite, egalement pour nous purifier par procuration. La ceremonie est alors finie et on dine tous ensemble. Certains en profite pour faire un dernier discours avant que chacun rentre chez soi.
Les demarches religieuses ne s'arretent pas la pour autant. Dans les jours qui suivent on continue a veiller le defunt sur un autel installe dans la maison, mais on n'a pas besoin de rester eveille toute la nuit. On lui sert a manger, entretient les bougies, brule de l'encens et prie regulierement. L'esprit du defunt voyage jusqu'au royaume des morts pendant 49 jours. Il faut donc veiller sur lui durant cette periode. Le 49e jour apres le deces, une nouvelle ceremonie a lieu, puis une autre pour la premiere fete des morts (お盆, obon), puis pour le 100e jour. Il y a beaucoup d'autres etapes, trop pour que je les retienne toutes, qui sont indiques sur un calendrier fourni par le moine, mais si j'ai bien compris il se charge de prier pour nous pour ces evenements 'secondaires'. Pendant la premiere annee qui suit le deces il y a egalement de nombreuses superstitions et regles, comme ne pas se baigner en mer au risque d'etre emporte par le defunt ou ne pas presenter ses voeux pour la nouvelle annee. Si on vit eloigne du caveau, on peux emmener la planchette de bois de l'autel sur laquelle figure le nom du defunt (位牌, ihai) et la veiller par procuration.

 

 

 

Posté par bayashi à 19:44 - Commentaires [1] - Permalien [#]



01 décembre 2013

Archeologie

Ce matin je me reveille et voila que brusquement j'ai envie d'ecrire un petit truc sur ce blog ! Va savoir pourquoi... 

Depuis l'annee derniere et mon depart de mon ancien boulot, il s'en est passe des choses ! Pas vraiment ce que j'avais prevu mais on s'en accommode. D'abord, apres avoir demissionne de J-Hoppers j'ai enfourche mon velo et je suis parti faire le tour de l'ile de Shikoku pendant presque deux semaines. Ca faisait des lustres que je revais d'une longue escapade a deux roues et ce fut merveilleux. J'avais deux etapes obligatoires pour voir des vieux amis, pour le reste ca a ete de l'improvisation totale suivant mes envies du moment. A part des sacres coups de soleil (c'etait en Aout !) et les fesses massacrees des le 2e jour (achat en cours de route d'un couvre-selle en gel qui m'a sauve d'un abandon rapide), ca a ete une aventure merveilleuse faite de paysages splendides et variees, de rencontres improbables et de satisfaction personnelle.

A mon retour a Kyoto, juste le temps de faire quelques demarches a la mairie d'arrondissement relatives a mon nouveau statut (en court, je paye mes taxes moi meme puisque je n'ai plus de salaire sur lequel elles peuvent etre automatiquement ponctionnees), et un super barbequeue au bord du lac Biwa au cours duquel j'ai decouvert qu'il y a la bas de bien belles plages ou aller piquer une tete. Puis, je me suis envole pour deux mois en France et en Irlande. En Irlande pour une randonnee a pied d'une semaine avec Hillwalk Tour que je vous recommande si vous cherchez a randonner facile et en solo. Ils organisent tout sur place, vous fournissent un road book detaille avec toutes les infos necessaires et vous n'avez plus qu'a prendre votre pied ! Ils arrangent meme le transport des bagages d'un bed&breakfast a l'autre donc vous passez la journee "leger". En depit d'une meteo un peu violente (ou peut etre "grace a", cela pimentant la rando), j'ai passe une semaine fantastique. Les paysages sont a couper le souffle, la cuisine irlandaise est une merveille (j'avoue avoir eu un peu d'apprehension au depart ayant eu de nombreuses occasions d'ete traumatise par la cuisine british), et l'accueil a ete chaleureux partout ou je suis passe. Petit bobo en cours de route : j'ai chute dans des rochers rendus glissants par la pluie, levre ouverte, mais ca m'a pas empeche de continuer et ca aurait pu etre beaucoup plus grave...

Apres toutes ces activites physiques, j'ai passe un mois tranquillou chez mes parents, a bien manger et a revoir plein de monde, plus quelques jours a Paris fort bien remplis avant de revenir au Japon. Des mon retour je me suis mis a fond sur mon projet logiciel, y travaillant jusqu'a 70h par semaine jusque vers Avril. Malheureusement cela n'a pas abouti. Trop gros, il me fallait plus de temps que ce que mes economies me permettaient de supporter sans revenus. Aucunes competences au dela du cote technique pour avoir une vision concrete de comment transformer des lignes de codes en succes commercial, meme en m'associant en cours de route a une amie qui m'a enormement aide de ce cote la. Pas assez de reseau social qui aurait pu m'amener les bonnes personnes au bon moment pour concretiser tout ca, meme si j'ai pu rencontre a trois reprises des boites de developpement logiciel/web, soit trop frileuse, soit trop gourmande. Finalement j'ai du mettre ce projet en sommeil jusqu'a nouvel ordre, purgatoire avant l'ajout a la longue liste des efforts inutiles, et me mettre a chercher un moyen de renflouer les caisses.

A partir de la les choses devinrent un peu "touffues" ! Un peu de developpement web pour mon ancien boulot; un petit boulot improbable de "faux eleve" pour apprentis professeur de langue japonaise a la human academy; un autre de demenageur pour un Anglais qui arrondi ses fins de mois en proposant des bras et un vehicule pour ceux qui souhaitent bouger dans le Kansai; passage du TOEIC (970pts); concours d'embauche pour une boite de jeu video qui n'aura meme pas eu la politesse de me repondre, mais au moins il en restera quelque chose;  un autre petit boulot web perso a propos des typhons au Japon; acquisition et prise en main d'un Arduino; inscription sur le site de traducteur en ligne ProZ par lequel j'ai recu du TAF, pour lequel je n'ai jamais ete paye...; participation a un concours de programmation sur le site TopCoder (43e sur 1070 inscrits); un autre tour de velo, cette fois sur Kyushu mais qui c'est beaucoup moins bien passe puisqu'une meteo epouvantable m'a fait rentrer a la maison au bout d'une semaine; lecture de quelques beaux livres ("G.E.B." de Hofstadter, "A new kind of science" de Wolfram, "The reason I jump" de Higashida, "The emperor's new mind" de Penrose); professeur d'anglais pour la fille d'un ami; traduction d'un evenement culturel et du depliant d'un temple; et beaucoup de travail sur mon projet Mebius, et notamment la redaction d'un livre mettant au propre tout ce que j'ai fait jusqu'a present (et continuera avec ce qui suivra) sur ce projet, redaction a laquelle je prend enormement de plaisir.

Et maintenant ? Et bien apres plusieurs entretiens, concours et demarchages spontanees sans suite heureuse, je me suis inscrit sans conviction a l'ANPE japonaise. L'administration est ici comme ailleurs "brillante", mais je suis force d'admettre que si je me suis finalement fait embaucher c'est sans aucun doute parce que c'est la petite dame de l'ANPE qui a telephone a ma place, meme si c'est moi qui ai trouve l'offre d'emploi... Embaucher, oui, pour un chantier de fouilles archeologiques de deux mois et demi a Kyoto ! Lors de l'entretien d'embauche, la premiere chose qu'a dit mon futur chef en regardant mon CV (qu'au passage l'ANPE m'avait dit de ne pas emmener, a tort puisqu'on me l'a demande lors de l'entretien...) : "C'est varie !". Il a pas tort, et ca l'est encore un peu plus depuis qu'ils m'ont recrute !! :-). J'ai donc commence mi-Octobre. C'est definitivement quelque chose a faire si vous en avez l'occasion, a deux conditions : etre jeune et en bonne forme physique !!! C'est vraiment TRES violent physiquement. On travaille 8h par jour, 6 jour par semaine, par tout les temps sauf s'il pleut vraiment fort. C'est dur car ca demande beaucoup de force, pour creuser, transporter la terre, les outils, les baches pour proteger pendant la nuit et les poids pour maintenir les baches en place. Mais aussi parce qu'en cas de pluie on finit plus ou moins par etre tremper, couvert des pieds a la tete de boue, et ensuite le chantier devient une piscine qu'il faut vider au seau et a l'eponge, puis une mer de boue qu'il faut nettoyer soigneusement. A l'inverse le beau temps transforme le sol en beton arme impossible a entamer. Et puis c'est qu'il commence a faire frais ! On est deja bien emmitoufle pour eviter de trop se martyriser, assis voir allonges dans des positions improbables dans les cailloux, mais on l'est de plus en plus a mesure que l'hiver s'approche... Tout ca fait que sur la quinzaine au depart, on n'est plus que huit, et ils ont du embauche des interimaires a la place. Ceci dit, meme si c'est violent physiquement, le travail lui est tres delicat. Il faut creuser en suivant les differentes couches de terre. Couches que l'on doit identifier par leur couleur ou leur consistance. Sachant qu'elles n'ont absolument rien de plat, que les nuances sont plus que subtiles, que les frontieres s'entremelent et se melangent, que les couleurs et la consistance changent au cours de la journee a cause de l'humidite et de l'angle d'eclairage du soleil, ... vous comprendrez le casse tete monstrueux que ca devient ! A tel point que sur les 8 "survivants", deux ont ete mis a l'ecart car ils sont incapable de creuser sans tout massacrer. Ils sont maintenant affectes a des taches peripheriques. Cote "vestiges", l'aspect chasse au tresor est bien sur tres excitant, mais il ne faut pas trop rever : ca se resume a quelques debris de porcelaine et de tuile pour une tonne de terre ! En fait le puzzle "suivre les couches de terre" m'occupe beaucoup plus l'esprit que ce que j'y trouve. On a tout de meme exhume jusqu'a present quelques jolis trucs : quelques pieces de monnaie, une jolie poterie 黄瀬戸 (kiseto) entiere, et une autre poterie enigmatique que je suspecte personnellement d'etre un bruloir a encens. Mais on n'en sait pas grand chose car notre job c'est de creuser. Quand quelque chose sort ca part tout de suite chez les experts et on n'en entendra jamais plus parler. Un peu frustrant mais c'est comme ca. Avec les collegues ca se passe super bien, et heureusement sinon il y aurait encore plus d'abandon ! Pour un boulot pareil vous imaginez surement une bande d'etudiants en vacance...? Il y a un dans la vingtaine, un dans la trentaine (moi), et apres ca s'envole. La moyenne d'age est sans aucun doute au dessus de 50 ans, et les plus de 60 ans forment le gros des interimaires. Probablement difficile a bien comprendre et visualiser a moins de vivre au Japon depuis un petit bout de temps. La quasi majorite n'a jamais quitte le Japon, alors je jouie bien entendu d'une aura un peu special, propulse expert en croissants, beaujolais nouveau, langue anglaise et Napoleon ! Le chef aussi est super cool, et meme si on en bave toute la journee, la bonne humeur et les blagues incessantes aident a faire oublier les petits bobos. Pour moi c'est surtout les mains : peau fissuree, assechee, coupee et muscles des doigts en compote. 

Et apres ? Dans trois semaines j'arreterai le chantier de fouille, qui continuera un peu plus longtemps, pour m'occuper de mes parents qui viennent passer les fetes de fin d'annee ici. Et en Janvier je serai occupe par deux commandes de web appli et site web par mes anciens collegues. Ensuite je ne sais pas encore mais mon chef des fouilles m'a annonce il y a quelques jours qu'il veut m'embaucher pour s'occuper de toutes les taches informatiques de leur boulot ! On n'a pas encore discute des details mais, affaire a suivre... ;-)

 

Posté par bayashi à 15:53 - Commentaires [3] - Permalien [#]


25 avril 2012

Changements

Gros changements pour moi en perspective dans les prochains mois. Apres 6 ans a travailler pour J-Hoppers, je quitte mon boulot cet ete. Apres un peu de repos bien merite je me concentrerai sur la finalisation d'un logiciel destine a la gestion d'hotels et appartements en location. Il fait parti des tas d'autres projets sur lesquels je travaille constamment, mais cette fois ci il semble bien que j'ai trouve 'le petit truc en plus'. Presente a mon patron il est completement seduit par le concept et me soutient dans cette grosse aventure. Changement radical de vie pour moi donc cette annee, et encore plus radical si tout marche comme prevu ! Mais pour l'instant c'est le nez dans le guidon plus que jamais, jour et nuit 7j/7. En plus qu'au boulot on chome pas vraiment, et que j'ai aussi des choses que je veux finir la bas avant de partir ... A vrai dire je m'inquiete surtout de pas arriver a lever le pied cet ete pour faire un break dont j'ai pourtant bien besoin ! En tout cas je passerai bien sur en France, et je compte egalement m'evader un peu dans un coin du Monde pas encore visite. La il n'y a que l'embarras du choix ! Ensuite retour au charbon, a la maison, a Kyoto, vive le Freelance ! :-) Je ne devoilerai rien des details du projet pour l'instant, pas la peine de me demander. Rendez vous a la fin de l'annee pour ca.

Quelques autres infos relatives :

Si ce blog va encore rester en hibernation au moins jusqu'a ce que j'arrete le boulot a J-Hoppers, vous pouvez me suivre sur Twitter (BayashiPascal) et Facebook (Bayashi Pascal) ou je suis beaucoup plus actif.

Nous n'avons pas encore trouve quelqu'un pour me remplacer a J-Hoppers, si vous cherchez du boulot et pouvez travailler a Kyoto, conduire une voiture (vitesses auto), parler Japonais et Anglais minimum, etes bosseur, bricoleur, flexible, un peu competent en informatique (website) et pas les deux pieds dans la meme geta face a du sale ou du dangereux, n'hesitez pas nous contacter. Plus d'infos sur notre site :

http://www.j-stay.jp/recruite_jp.html

N'hesitez pas a faire tourner l'info svp. Si on trouve personne ca me met et ca les met dans la mouise !

Bien a vous tous !

 

Posté par bayashi à 12:43 - Commentaires [3] - Permalien [#]


25 octobre 2011

Ailleurs, sur un autre sujet

Je devoile maintenant un autre blog, sur un tout autre sujet, ou vous pourrez suivre une de mes activites parmi celles qui m'occupent le plus en ce moment. Pour ceux qui preferreraient des nouvelles du Japon, desole il faudra encore patienter.

http://projectmebius.wordpress.com/

Posté par bayashi à 20:23 - Commentaires [1] - Permalien [#]


29 août 2011

Economies

On a recu notre facture d'electricite. Junko a verifie, 30% d'economie par rapport a l'ete dernier ! Merci le ventilateur sur le balcon :-) (on n'a pas utilise une seule fois l'air conditionne cette annee ! )

 

Posté par bayashi à 20:42 - Commentaires [7] - Permalien [#]



 
Toute utilisation de tout ou partie du contenu de ce blog sans l'accord de son auteur est illicite.