Un Bayashi au Japon


Depuis 2005 au Japon en tant qu'etudiant, boulanger, puis hotelier a
divers endroits. Decouvrez ma vie d'expatrie et le Japon qui m'amuse
et me fait reflechir. En photo autant que possible.

Hiroshima Weather Forecast, Japan
Recueil de 51 cart...
By Baillehache Pascal

29 août 2010

Photoshopping

Un article du Monde a attire mon attention ce matin :

http://www.lemonde.fr/culture/article/2010/08/28/photoshop-seme-la-zizanie-dans-la-photo-de-presse_1403881_3246.html#xtor=AL-32280184

Et vous qu'en pensez vous ?

Mes cartes postales sont bien sur toujours plus ou moins photoshoppees, je ne vous le cache pas. En meme temps on pourrait dire que c'est pas du photojournalisme. Mais ca n'en est peut etre pas si loin non plus ... Bref si ca vous chante, la discussion est ouverte en commentaires ! :-)

Posté par bayashi à 08:55 - Photo-pro - Commentaires [5] - Permalien [#]

Tags : , , , , ,

Commentaires

  • Il faut savoir faire la différence !

    Comme tu le fais remarquer, il y a une différence entre la photo d'art et le photojournalisme. La photo comme tu la pratique n'a qu'un seul but à mon avis : être le plus esthétique !
    Donc la retouche, ou plutôt le post traitement, me semble être une étape tout à fait normale et importante de la photographie.

    Posté par Sébastien, 29 août 2010 à 17:54
  • Merci pour le commentaire

    Posté par bayashi, 29 août 2010 à 23:54
  • Bonjour! Pour ma part je n'ai pas de logiciel de retouche et ces transformations d'image me mettent mal à l'aise car pour moi ce n'est plus de la photographie. En matière de photojournalisme c'est carrément de la manipulation. De plus cela donne des photos qui ont toutes le même style, qui ne sont que des "illustrations" esthétiques d'une réalité mais dans lesquelles je ne discerne plus le regard du photographe. Une photo "imparfaite" peut en dire parfois beaucoup plus et surtout exprimer plus d'amour et de respect pour le sujet.C'est vrai qu'en argentique on pouvait aussi intervenir au tirage mais la manipulation était limitée et il me semble qu'on ne faisait que "ressortir" quelque chose de déjà présent sur le négatif.En numérique on peut tout modifier et tout manipuler, inventer qque chose qui n'a jamais existé. Cela me gêne moins quand ce sont des images dont la destination n'est pas de "dire" qque chose, comme des cartes postales ou des posters destinés à la déco, je peux concevoir qu'on élimine un détail gênant ou qu'on accentue un effet. Pour moi la photo c'est aussi la patience, celle d'attendre une belle lumière ou que les choses soient en place pour un beau cadrage, c'est aussi accepter de ne pas arriver à "capter" ce que l'on aurait voulu voir;même avec une réalité "grise" on peut faire ressortir une atmosphère. La photo c'est la magie d'arriver à écrire avec la lumière qui nous est donnée.
    En tout cas quand des photos sont retraitées je pense qu'il est important que cela soit dit.
    Bonne soirée!

    Posté par Brigitte, 30 août 2010 à 04:28
  • Salut Brigitte, merci pour ton commentaire.
    Je reagis pas trop pour l'instant, non faut d'envie et d'idees mais parce que je suis creve au point de pas arriver a rediger tout ca proprement. Donc plus tard peut-etre. En tout cas c'est agreable de lire vos remarques.

    Posté par bayashi, 30 août 2010 à 23:14
  • Moi je suis a priori plutot conciliant avec la retouche.
    Comme il est dit dans l'article, le simple fait de prendre la photo introduit deja necessairement un biais avec la realite. J'irai meme plus loin, en tant que daltonien, en disant que ne serait-ce que le couple oeil-cerveau introduit deja un biais et que la "realite" me parait bien difficile a definir, mais je m'ecarte du sujet ici. Pour la camera, a travers le choix du modele d'appareil, i.e. a travers ses composants mecaniques et son negatif ou son capteur numerique, et a travers le choix de l'objectif, i.e ses reglages et ses lentilles, le photographe 'manipule' deja beaucoup son sujet. Ensuite l'etape de developpement, chimique pour de l'argentique ou logiciel/impression pour du numerique, entraine une nouvelle 'manipulation' inevitable de la realite, au gre du photographe dans les limites techniques du procede utilise. Pour de l'argentique, la reaction chimique necessaire au passage du negatif au papier induit forcement un biais. Pour du numerique, les algorithmes de compression, les espaces colorimetriques, le RGB de l'ecran et le CMYK de l'imprimante, ... sont autant de modifications infliges a la realite.
    Donc de mon point de vue, le biais d'une image a sa photo est inevitable, il faut l'accepter. Mais le point important pour moi, c'est que toutes les causes de ce biais sont soumises, au moins partiellement, au choix du photographe. Le travail de retouche via un logiciel sur une photo numerique me semble donc faire partie au meme niveau que le choix du point de vue au moment d'appuyer sur le declencheur d'un tout dont le photographe est chef d'orchestre et dont le but est de creer un objet representant au mieux une realite telle que le photographe l'a ressenti.
    De la, je pense que la retouche est plus qu'inevitable : absolument indispensable. J'ai un exemple en particulier en tete, c'est le ciel de mes photos. Par exemple, sur ma carte postale chateau Nijo. Il y a un batiment, en partie dans l'ombre, et un grand ciel bleu. C'est impossible, techniquement, de prendre la photo de ce que je vois : la ou l'oeil/cerveau fera les 'reglages' necessaires, la photo sera soit brulee au niveau du ciel, soit bouchee au niveau des ombres... De fait, je retouche systematiquement le ciel sur ce genre de photo (je preferre donner l'avantage au batiment qui est le sujet de la photo et lui eviter trop de retouche), car le faire donne un resultat proche de la realite que ne pas le faire.
    Enfin, si je dit que la retouche est un outil indispensable, ca ne veut pas non plus dire que je cautionne toutes les manipulations. Comme je l'ai dit plus haut, je concois la retouche comme un moyen parmi d'autres de creer un objet representant une realite ressentie par un individu. Peu importe si c'est du photojournalisme, de la carte postale, de l'art, etc... Mais la difference de finalite entre chacun de ces domaines, rapporter fidelement un evenement singulier, transmettre le message "j'y etais et c'etait un endroit/evenement merveilleux", partager une perception personnelle et singuliere du Monde, etc..., definit un cadre dans lequel toutes les manipulations ne peuvent necessairement etre acceptees. Le photojournalisme est sans aucun doute le domaine qui devrait etre le plus strict sans pour autant s'y refuser completement, et l'art sans aucun doute le plus permissif. Pour le photojournalisme, si le pied efface en question dans l'article ne fait que distraire l'attention du sujet de la photo et n'a pas de rapport avec l'evenement (il faudrait voir exactement de quoi il s'agit, mais par exemple imaginons le pied en arriere plan d'un photographe assis sur le bord du terrain derriere le buteur qui tire le but offrant la coupe du monde a son equipe) je suis plutot pour qu'il soit photoshoppe. Si les couleurs d'Haiti sont modifiees pour plaire au lectorat et faire vendre, je suis totalement contre, mais si elles sont modifiees pour corriger une alteration due au materiel photographique et se rapprocher de la realite, je suis pour. Malheureusement il est probable que les interets pecuniers donnent la part belle a ceux qui photoshoppent sans principes et sans talent, au detriment des autres.

    Posté par bayashi, 03 septembre 2010 à 23:29

Poster un commentaire